La commune est l’espace où l’on se connaît, où l’on se mobilise.
C’est le plus bel atout pour la démocratie que nous sommes déterminés à faire vivre au quotidien.
Nous sommes capables de réagir sur ce qui fonctionne mal ou moins bien parce que nous gérons tous les jours la complexité, parce que nous vivons ensemble, parce que nous sommes attachés à notre village.

Cependant, la loi NOTRe nous inquiète parce qu’elle spécialise les différents échelons de l’organisation du territoire et vide les communes de leurs compétences.
La commune n’est pas une société de clients, ou un guichet d’enregistrement ; les élus ne sont pas de simples gestionnaires.

Pour préserver ce lieu de l’intelligence collective, nous devons nous battre pour maintenir les services, développer les circuits courts, innover, construire des projets d’avenir, y réfléchir avec les citoyens et les associations.

Notre défi est de réussir à partager la souveraineté avec les 62 autres communes de la nouvelle communauté d’agglo et de faire entendre notre voix au sein des commissions et des instances décisionnelles.